Vie et œuvre   Occitan   Poèmes   Proses   Réalmont   Infos   Plan du site 

L'escalier de verre

L'ESCALIÈR DE VEIRE

 

Alara disiàm a la menina :
"Contatz-nos l'Escalière de veire !"

 

E aquò l'amusava
mas lo det quilhat fasià :

 

"Per arribar sus aquela tèrra
passatz per l'Escalière de veire.

 

Quitatz aquí vòstres esclòps pesucs
que lo veire es plan fin e los pès plan gròsses.

 

Anèri dins un païs
que i jonhián los formics

 

Dintrèri dins d'ostals
qui i sucravan los cambajons.

 

Anèri dins un estable
que i desenrotlavan un tapis ;

 

La luna i brilhava tot lo jorn,
lo solelh i èra dins un forn.

 

Lo pan i se cosiá a la font
e los òmes i fialavan la lana.

 

Lo fuòc i plorava de lagremas d'aiga,
la patrona i plomava un vedèl.

 

Lo vin i rajava de l'abeurador
e l'aiga i regolava del colador.

 

Las vacas i paissián las nivols
e totes los enfants i èran agradivols.

 

Los lops i breçavan los nenons
e lor mormolhavan de cançons.

 

Los guèines i anavan a confessa
e lo Drac i cantava messa.

 

La glèisa i dançava la polkà
e los ostals la mazurkà.

 

Alara per quitar aquela tèrra
tornèri montar l'Escalièr de veire.

 

Lor diguèri a totes çò qu'aviái vist
mas degun alara que me creguèsse.

 

Mas s'o volètz tot saupre
clucatz los uèlhs e anatz-i veire.

 

Preni la clau e la sarri
al fons de l'escalièr.

 

Lo que la trobarà
lo meu pichon conte acabarà.

 

La clau degun l'a pas trobada
Cric ! Crac ! lo meu conte es acabat.

 

 

 

L'ESCALIER DE VERRE

 

Nous disions alors à grand'mère :
Contez-nous l'Escalier de verre !

 

Et grand'mère alors s'amusait
mais gravement elle disait :

 

Pour arriver dans cette terre
passez par l'Escalier de verre.

 

Alors quittez vos lourds sabots,
le verre est fin, les pieds sont gros.

 

Je suis allée dans un pays
où l'on attelait les fourmis.

 

Je suis entrée dans les maisons
où l'on y sucrait les jambons.

 

Je suis allée à l'écurie
on y déployait un tapis ;

 

La lune brillait tout le jour,
le soleil était dans le four.

 

Le pain cuisait à la fontaine
et les hommes filaient la laine.

 

Le fau pleurait des larmes d'eau,
la fermière plumait un veau.

 

Le vin coulait à l'avreuvoir
et l'eau ruisselait du pressoir.

 

Les vaches paissaient les nuages
et tous les enfants étaient sages.

 

Les loups berçaient les nourrissons
et leur murmuraient des chansons.

 

Les renards allaient à confesse
et le lutin chantait la messe.

 

L'église dansait la polka
et les maisons la mazurka

 

Alors pour quitter cette terre
j'ai repris l'Escalier de verre.

 

J'ai dit à tous ceux que j'ai vu
et personne, alors, ne m'a cru.

 

Mais si vous voulez tout savoir
fermez les yeux, allez-y voir.

 

Je prends la clé et je la serre
au bas de l'Escalier de verre.

 

Celui qui la retrouvera
mon petit conte achèvera.

 

Personne n'a trouvé la clé.
Cric ! Crac ! mon conte est achevé.

 

Haut de Page
Menu

Sur d'autres thèmes régionaux

Le Canal du Midi — Les Moulins à Vent du Lauragais — Histoire et histoires du pays albigeois

Le Blog du Canal du Midi

La société des amis de Louisa Paulin

Valid XHTML 1.0! Valid CSS!